Le fer n’aura plus de secret pour vous

 

Il existe beaucoup de croyances et de fausses idées autour de ce nutriment, pourtant l’un des plus présents dans notre corps. Alors… Vrai ou faux ?

Par Chloé Joreau         

 

Les besoins en fer évoluent au cours de la vie d’une femme  

VRAI

Une femme en âge de procréer a besoin de 16 mg de fer par jour.

Pendant la grossesse, ses besoins journaliers augmentent pour atteindre 25 à 35 mg. Ils sont nécessaires pour le développement du placenta et du fœtus et, également, car son volume total de sang augmente. Une femme qui allaite n’a besoin que de 10 mg par jour et une fois ménopausées, seulement de 9 mg.

 

Les femmes sont plus anémiées que les hommes  

VRAI

Les femmes sont plus souvent carencées en fer que les hommes, car leurs besoins quotidiens en fer sont supérieurs. Ils sont de 1 mg chez l’homme et d’environ 2 mg chez la femme entre la puberté et la ménopause, du fait des règles. Pour atteindre ces objectifs, il faut en apporter 10 à 20 fois plus dans notre alimentation, car seuls 5 à 10 % du fer ingéré sont en réalité absorbés.

 

Les épinards sont très riches en fer

FAUX

Cette croyance est en réalité due à une erreur de la secrétaire du biochimiste allemand Emil Von Wolff, qui travaillait en 1870 sur les données nutritionnelles des aliments. Elle aurait mal placé une virgule, et la teneur en fer des épinards serait passée de 2,7 mg/100 g à 27 mg/100 g ! Légende entérinée par l’arrivée de Popeye aux muscles dopés au fer.

 

La vitamine C augmente l’absorption du fer

VRAI

La vitamine C facilite l’absorption du fer (non héminique) par formation d’un chélate de fer qui reste soluble dans l’intestin. L’absorption du fer d’un repas peut être multipliée par trois lorsqu’il est consommé avec un verre de jus d’orange par exemple. Il existe des compléments alimentaires dans lesquels le fer est disponible directe- ment sous cette forme chélatée, plus facilement assimilée.

 

Il ne faut pas boire de café en même temps que la prise de fer  

FAUX

Il est conseillé de ne pas prendre ses comprimés de fer en même que le thé, mais le café lui n’est pas concerné par cette recommandation.

Ce conseil de prise éloignée n’est pas en lien avec la présence de caféine ou de théine, mais avec celle des tannins qui viennent capturer le fer et empêcher son absorption au niveau digestif. Les tannins sont des polyphénols qui réagissent entre autres avec les protéines de notre salive et sont responsables d’une astringence. Il n’y en a pas dans le café.

 

Le fer est un oligoélément indispensable

VRAI

Le fer est indispensable à notre organisme, car il intervient dans la composition de l’hémoglobine et de la myoglobine. La première assure le transport de l’oxygène au sein des globules rouges, et la deuxième permet aux muscles de capter l’oxygène.

 

Dosage d’hémoglobine et de ferritine, la prise de sang doit être faite à jeun

FAUX

Ces deux protéines circulent dans le sang sans être affectées par la consommation d’un repas. La prise de sang pour savoir si vous êtes anémié peut donc être effectuée à n’importe quel moment de la journée.

 

Certains enfants sont plus à risque de carence en fer

VRAI

20 à 30 % des enfants français de moins de 3 ans sont concernés. Les enfants les plus exposés à ce manque sont les prématurés, les jumeaux et les bébés nés de mère dont l’intervalle entre les deux dernières grossesses est de moins de 2 ans.

 

Le fer peut impacter mon traitement d’hormone thyroïdienne  

VRAI

Vous devez prendre vos hormones thyroïdiennes à jeun, mais vous pourriez être tenté de prendre vos comprimés de supplémentation en fer en même temps. Il faut éviter : le fer, s’il est pris simultanément, va diminuer l’absorption digestive des hormones thyroïdiennes. Mettez au moins 2 heures de distance entre les deux prises.

 

Les comprimés de fer peuvent être mâchés

FAUX

En raison d’un risque d’ulcération de la muqueuse de la bouche et de coloration des dents, les comprimés ne doivent être ni mâchés, ni sucés, ni gardés dans la bouche. Ils doivent être avalés en entier avec de l’eau.

 

Le fer colore les selles en noir  

VRAI

L’absorption intestinale du fer dépend de la quantité de fer présent dans l’alimentation, mais également de l’état des réserves en fer de l’organisme. L’absorption du fer est augmentée en cas de diminution du stock de fer de l’organisme et réciproquement diminuée en cas de surcharge en fer. L’excédent digestif est donc éliminé dans les selles qui se retrouvent alors colorées en noir.

 

Il existe différents types de fer  

VRAI

Le fer existe sous une forme héminique, qui correspond au fer que l’on retrouve dans les protéines du sang et des muscles, hémoglobine et myoglobine, et donc uniquement présent dans les aliments d’origine animale.

On retrouve le fer non héminique dans les aliments d’origine animale et végétale. Son absorption digestive peut être influencée par les autres constituants du repas.

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de toutes nos fonctionnalités !

Besoin d'un conseil ?